Monday, February 20, 2017

Aiguille en Fête - Paris - Elizabeth Byrom reporting

Aiguille en Fête (AeF) is an annual exhibition and merchant mart for needlework lovers, especially fans of sewing, quilting, knitting, and embroidery.  Fiber art and textile art are represented in exhibits but not so much in the merchant mart.  The AeF held at the huge Porte de Versailles exhibition halls February 2-5 seemed to have fewer merchants than in previous years, but the exhibits were outstanding and the special events entertaining.  Alas, there wasn’t a SAQA exhibit this year, but the Artextures 8th biannual exhibit was outstanding, as were the woven tapestries of Yukiko Yokoyama.  My favourite pieces, though, were the thread painted portraits and fabric tiles of Malin Lager (photo), who graciously allowed me to photograph her with some of her Lustrous Reflections of Venice.

As for entertainment, AeF 2017 did not disappoint.  As in years past, there was a speed knitting contest where five contestants at a time sat below a large digital timer and knitted as many stiches as they could in three minutes.  The contest took place over the four days of AeF, so I don’t know whether the record of 264 stitches was exceeded, but the winner was to have received prizes from Bergers de France and Modes et Travaux.  For those interested in exploring new aspects of needlework, there was a wide range of mini-workshops on knitting, weaving, embroidery, sewing, and quilting.

Not to be missed was this year’s fun knitting project.  In years past, I’ve seen a knitted Ferrari and a knitted log cabin.  This year the project was Ensemble Nous Sommes Monet, a 6 meter by 4 meter mosaic of 100,000 knitted squares assembled to pay homage to Claude Monet’s Woman with Umbrella.  Amazing.
________________________________________________________________________
L’Aiguille en Fête  (AeF) est une exposition et un marché annuel qui attire les passionnées des arts de l’aiguille, surtout la couture, le patchwork, le tricot et la broderie.  Les arts du fil et du textile sont représentés dans les expositions, mais moins sur les stands marchands.  L’AeF qui se tenait en 2017 du 2 au 5 février au Parc des Expositions de la Porte de Versailles de Paris semblait présenter  moins de stands marchands cette année, cependant les expositions d’art du fil et du textiles étaient  remarquables et les événements spéciaux et divertissants.  Hélas, il n’y avait pas d’exposition de SAQA cette année, mais l’exposition bisannuelle Artextures  était exceptionnelle, tout comme les tapisseries tissées de Yukiko Yokoyama.  Mes préférés, cependant, étaient les portraits et pavés textiles de Malin Lager (photo), qui m’a aimablement  permis de la photographier avec plusieurs de ses Reflets de Venise.

En ce qui concerne le divertissement, l’AeF 2017 n’a pas déçu.  Comme les années précédentes, il y avait un concours de vitesse de tricot où les cinq candidats de chaque série étaient assis sous une grande horloge numérique et tricotaient autant de mailles que possible en trois minutes. Le concours a eu lieu pendant les quatre jours de l’AeF, je ne sais pas donc  si le record de 264 points a été dépassé, mais le gagnant devait recevoir des prix de la part de Bergers de France et Modes et Travaux.  Pour ceux qui souhaitaient découvrir un nouvel aspect de la couture, il y avait une large gamme de mini-ateliers sur le tricot, le tissage, la broderie, la couture et le patchwork.


Il ne fallait pas manquer cette année le projet de Tricote en Sourire.  Dans les années passées,  il y avait une Ferrari tricotée et une cabane en rondins tricotée.  Cette année, le projet a été « Ensemble Nous Sommes Monet, » une mosaïque de 6 mètres par 4 composée de 100 000 carrés tricotés qui rend hommage à La Femme à l’Ombrelle de Claude Monet.  Incroyable.

No comments:

Post a Comment